Ma recherche actuelle « en arts » se poursuit sous la forme de productions théoriques et de réalisations pratiques. Le projet artistique Emergilience se propose d’explorer les conditions pour l’émergence de formes par des phénomènes d’auto-organisation. Sa réalisation a commencé avec le stage de Lucien Bobo étudiant de master 2 IC2 A – Art, Science et Technologie (INP Phelma, Ecole Nationale Supérieure de physique, Electronique, Matériaux, Grenoble) en 2016. Stage que j’ai encadré en tant que tuteur et dont j’ai assuré la direction artistique.

Emergence et auto-organisation sont deux notions-clés dans la simulation des systèmes complexes. Pour cela, il est fait appel à des outils de modélisation informatique de modèles scientifiques modélisant des comportements biologiques connus comme ceux de la relation Proie-Prédateur, un des tout premiers modèles utilisés pour ce projet. S’inscrivant dans une certaine continuité historique – que l’on peut faire remonter aux avant-gardes du début du XXème siècle – qui cherche à intégrer à l’œuvre le processus vital plutôt que son résultat – la recherche se matérialise par la réalisation d’une série d’animations sous forme de programmes exécutables. Ce qui m’importe c’est le processus d’organisation d’un système pour arriver à un état stable. Le recours à des processus de modélisation permet d’explorer une palette de règles de comportements individuels et locaux amenant à l’émergence de phénomènes collectifs et globaux qui peuvent rendre compte d’états relationnels plus ou moins stables.

Je présente ici une première phase de réalisation de ce projet.

Par la suite seront explorées les conditions de perturbations permettant de donner à percevoir la capacité de résilience du système.

Micro-univers en perpétuelle évolution, ces animations sont appelées des « Tableaux-systèmes dynamiques infinis », qui, selon le principe d’autopoïèse, se verront enrichis de capacités de résilience dans le développement futur du projet. La visée d’un tel projet étant, à terme, d’envisager l’écriture d’un traité de modélisation de « Tableaux-systèmes dynamiques infinis », sorte de pendant cybernétique au traité théorique de Kandinsky Point et ligne sur Plan – Contribution à l’analyse des éléments de la peinture dans lequel il élabore les grands principes de structuration d’un espace euclidien à l’aide de deux éléments de base que sont le point et sa mise en mouvement la ligne. Après sa théorie des couleurs Kandinsky écrit là sa théorie des formes pour la peinture.

 

 

Les publications déjà parues :

« EMERGILIENCE II » – 30/04/2020